Flash infos

[ Covid-19 ] La Ville de Chatou s'associe avec le laboratoire d'analyses Biosmiose pour l'ouverture d'un centre de dépistage, à compter de ce jeudi 30 juillet. Pour tout renseignement et rdv : Laboratoire Biosmiose, 18 avenue du Général Sarrail : 01 39 52 43 12.

Ville de Moutiers

Moûtiers est située au cœur de la vallée de la Tarentaise dont elle est la capitale. Elle est la porte d'accès de la haute-vallée de la Tarentaise et de plusieurs grandes stations de ski françaises, dont CourchevelMéribelLes Menuires,Valmorel, et Val Thorens. La ville est coincée entre les montagnes, dans un espace restreint, des immeubles ont d'ailleurs été construits sur les pentes.

Histoire

Une des deux voies romaines, Alpis Graia, partant d'Aoste pour aller en Gaule en franchissant les Alpes, passait par le Petit-Saint-BernardAlpe Graia, puis descendait la haute vallée de l'Isère par Bourg-Saint-MauriceBergintrumAimeAxima, et Moûtiers, Darantasia, en traversant le pays des Ceutrons. Cette route se sépare après Moûtiers en deux branches, une allant vers Grenoble et Vienne, l'autre vers Lyon.

Vue partielle de la Table de Peutinger. Au centre la voie passant en Tarentaise par les cités : Axima (Aime) X. Darantasia (Moûtiers) XIII. ObilonnaIII. Ad Publicanos (Conflans, Albertville) XVI Mantala (Saint-Jean-de-la-Porte).

Moûtiers est mentionnée sur la table de Peutinger sous le nom de Darantasia.

On lit dans les Bollandistes que saint Honorat vint, au commencement du ve siècle, dans le bourg de Centron. Une lettre du pape saint Léon datée de 451 permet d'affirmer qu'il y avait un évêque à Darantasia pour le diocèse de la Tarantaise qui correspondait au territoire de la civitas Ceutronum. À Darantasia, son disciple, saint Jacques d'Assyrie, moine de Lérins, évangélise la Tarantaise et bâtit une église qu'il dédia à saint Pierre et il y fit édifier un château-fort. Il devint le premier évêque de Tarentaise.

Dans la liste des évêques de Moûtiers de Monseigneur Duchesne, en 1907, le premier évêque est Sanctus. Celui-ci a assisté auConcile d'Épaone, en 517, et a reconstruit la cathédrale Saint-Pierre consacrée par saint Avit, archevêque de Vienne, avant 525. Dans l'homélie qu'il prononça, Dicta in basilica sancti Petri quam Sanctus episcopus Tarantasiae condidit, saint Avit indique que la nouvelle église en remplace une plus ancienne devenue trop petite.

Darantasia a d'abord été un évêché suffragant de Vienne avant de devenir une métropole à l'époque de Charlemagne dont le territoire correspondait à l'ancienne province des Alpes Graies et Pennines, ayant comme suffragants Saint-Jean-de-Maurienne, pendant environ un siècle, Sion en Valais, jusqu'au xvie siècle, et Aoste. Le diocèse de Moûtiers a été supprimé au Concordat de 1801. Il a été rétabli en 1824. Il est réuni à ceux de Chambéry et de Maurienne en 1966 dans l'archidiocèse de Chambéry, Maurienne et Tarentaise.

Les Sarrasins s'étaient établis à La Garde-Freinet au début du viiie siècle jusqu'à ce qu'ils en soient chassés en 793. De là ils mènent des razzias sur le territoire des Alpes et tenaient les cols. C'est à cette époque que l'église construite par Sanctus a été détruite. Après la prise de La Garde-Freinet a pu commencer la repopulation et la reconstruction des villes. C'est ce que montre le précepte d'Agaune daté de 996, par lequel le roi de Bourgogne Rodolphe III donne le comté de Tarantaise à l'archevêque Amisus ou Amizon. Il est indiqué que l'archevêché de Moûtiers avait été depopulatus, dépeuplé, par les incursions des Sarrasins. Il est probable que cet évêque a entrepris la reconstruction de la cathédrale, mais aucun texte ne permet de l'affirmer. On retrouve à la même époque l'évêque de Turin, Landolfo (évêque de 1011 à 1037), qui reconstruit des églises détruites par les Maures dans son diocèse.

Pour des raisons militaires de protection de la frontière, on a entrepris la construction de la ligne de chemin de fer entre Saint-Pierre-d'Albigny et Bourg-Saint-Mauriceaprès l'accord de Triple Alliance entre l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et l'Italie, en 1880. Le train arrive à Moûtiers en 1893. Il dessert Bourg-Saint-Maurice en 1913. Les projets de prolongement de la ligne sous le col du Petit-Saint-Bernard vers la vallée d'Aoste n'ont jamais dépassé le stade des études. Les contraintes topographies ont nécessité de construire un tunnel hélicoïdal à la sortie de la gare de Moûtiers, en direction de Centron, pour reprendre une différence de niveau d'environ 40 mètres.

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795 et d'arrondissement de 1800 à 1926.