Flash infos

[Travaux rue Georges Clemenceau] La rue sera fermée les 26 et 27 août au stationnement et à la circulation. Une déviation sera mise en place par la rue de l'abbé Borreau et la rue des Écoles, dont les sens de circulation seront inversés. Retrouvez le plan de déviation ci-dessous dans "Actualités - Travaux d'été"

roupe "Chatou c'est vous"

PMA SANS PÈRE : le coup d'après... la GPA

Si la PMA SANS PÈRE devait aboutir en septembre 2019, ce serait l’ouverture à la GPA au nom d’un principe d’égalité Femme/Homme si essentiel.

En France, la Justice a interdit formellement la GPA (Gestation Pour Autrui) en 1991. Elle établit un principe strict : "la mère est celle qui accouche".

Les arguments "pour" la GPA

Un progrès social pour la famille

Pour les défenseurs de cette méthode, c'est une question de progrès : "la multiplicité et la plasticité des modèles familiaux ne peuvent être ignorées plus longtemps » disent-ils.

Un geste altruiste envers tous ceux qui souffrent d'être privés d'enfant en aidant des "mères porteuses" pauvres à mieux s'en sortir.

Les arguments "contre"

La marchandisation du corps féminin

Une nouvelle exploitation des pauvres par les riches

Une violation juridique de la dignité de la personne humaine

Dans une GPA, les deux partis sont liés par un contrat où l'un va donner quelque chose à l'autre contre frais ou dédommagements. Or, cequelque chose, objet du contrat, est un enfant.

Ceci est manifestement contraire à la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine, selon les termes du préambule de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Traiter une personne comme un objet est une caractéristique de l’esclavage.

Une chosification de la vie humaine

Avec l'ouverture à la GPA, nous serions devant le risque majeur d’une marchandisation de l’enfant et, par extension, de la vie humaine. L’embryon devient un objet de convoitise assimilable à n’importe quel produit de consommation.

Et l'enfant dans tout ça ?

La souffrance de l'abandon ressentie par le nouveau-né

Depuis plusieurs décennies, toutes les études montrent l’importance des liens créés entre la mère et l'enfant pendant la grossesse : l'enfant ressent toutes les émotions de sa mère. Il est difficile de prétendre que cela n'affecte pas également son développement.

Une filiation complexe à établir pour construire son identité

L'enfant est en conséquence privé d’une grande partie de son identité. C'est une source de souffrance pour lui qui peut entraîner des difficultés d'ordre psychique et psychologique.

Parce qu’au nom de l’égalité H/F, la GPA est inscrite dans la PMA sans père, ne soyons pas dupes ! Opposons-nous à cette loi indigne de la personne humaine.

Emmanuel Loevenbruck, Clémentine Masson, Vincent Grzeczkowicz : www.chatoucvous.fr