Flash infos

[Bus en seine] Le trafic des lignes D et E est revenu à la normale. 

Indépendant

Plomb, dioxyde d'azote, particules fines, cocktail polluant pour la santé

Publié le 23 janvier 2020

Plomb, dioxyde d'azote, particules fines, cocktail polluant pour la santé

L'Agence régionale de santé d'Île-de-France, a étudié les retombées du panache de fumée créé par l'incendie de  a cathédrale Notre-Dame de Paris survenu le 15 avril 2019. Ce sont 450 tonnes de plomb qui sont parties en fumée, créant un nuage de Paris à Mantes-la-Jolie. La capitale a fait l'objet des plus lourdes retombées. Cependant, la fumée chargée en plomb est notamment retombée sur la ville de Chatou et les alentours comme

Rueil-Malmaison, Le Vésinet, Le Pecq, Bougival.

L'Agence nous assure que la quantité de particules étaient très faibles et en-dessous des normes juridiques. Il n'en demeure pas moins que le plomb est une substance toxique pour l'homme et en premier lieu pour les enfants. Les risques d'ingestion ou d’inhalation de ce polluant sont les troubles causés dans le cerveau, le foie, les reins, provoquant ainsi des dérèglements et/ou perturbations du système

nerveux chez les enfants en bas âge notamment.

Si l'on prend en compte que dans une ville de nombreux polluants circulent dans l'air, comme ceux d'un incinérateur, avec les phtalates, des rejets des hydrocarbures des automobiles comme les particules fines et le dioxyde d'azote, nous devons prendre conscience que surtout pour les citadins, nous sommes exposés à une pollution croissante, à un effet cocktail de polluants causant irritations et maladies. Ce sont ces polluants qu'il convient de juguler.

La proximité d'une autoroute, d'une usine aux nombreux rejets, d'un incinérateur fonctionnant plein pot, d'un  pandage de pesticides, ce sont ces éléments qui favorisent la pollution. Même si pour chaque rejet la norme juridique d’émission est respectée, il n'en reste pas moins qu'au bout d'une journée ou d'une vie, l'être humain est exposé à de nombreux

risques aux polluants. C'est cet effet cocktail qui est dangereux. Aussi, il est nécessaire d'interroger l'aménagement du territoire, de réfléchir comment nous percevons la ville et ses fonctions pour les habitants. L'aménagement de la ville peut déterminer la concentration et l'exposition des habitants aux polluants. Bien entendu, nous ne devons pas faire l'économie de réflexion au sujet de substituer les polluants chimiques.

Penser et réaliser la ville écologique doit être le phare de la politique locale. En associant la nécessité de réduire les inégalités sociales pour vivre avec justice.

José Tomas

generation.s.chatou@gmail.com 
FB : @generation.s.BoucleDeSeine