Flash infos

Dans le cadre des travaux d'agrandissement de l'école Jeanne d’Arc/Notre-Dame, rue Général Colin, la circulation sera ponctuellement interrompue mercredi 1er juin entre 13h et 17h en raison de l'installation d'une grue de chantier. Celle-ci a pour but d'enlever les bâtiments modulaires provisoires.

CENTRE ADMINISTRATIF :  En raison du pont de l'Ascension, les services administratifs seront fermés vendredi 27 et samedi 28 mai.

La Ville de Chatou répond à l'article du Parisien paru le 20 avril 2022

Retour vers Actualites
  • Accueil
  • Actualités
  • La Ville de Chatou répond à l'article du Parisien paru le 20 avril 2022

Suite à la publication de l'article “Un animateur visé par des plaintes pour viol et agressions sexuelles sur des enfants de 3 à 5 ans à Chatou” dans Le Parisien édition Yvelines le mercredi 20 avril 2022, la Ville de Chatou souhaite apporter les précisions suivantes.  

Publié le 22 avril 2022

Le Parisien édition Yvelines a publié mercredi 20 avril 2022, un article imprudent et assertif d’une jeune journaliste intitulé “Un animateur visé par des plaintes pour viol et agressions sexuelles sur des enfants de 3 à 5 ans à Chatou”.

Le contenu de l’article, parce qu’il met en cause un agent municipal ainsi que les actions de la municipalité, appelle de la part de la Ville les précisions suivantes.

Le 20 octobre 2021, les services municipaux ont été saisis d'accusations d’attouchements sexuels portées par les parents d'un élève de l’école des Larris à l'encontre d'un animateur de la ville.

Sans délai, cet agent a fait l'objet d'une suspension administrative, sans traitement, de manière à écarter tout risque, dans l'attente que la police et la justice mènent leur enquête et se prononcent sur le fond des accusations portées contre lui.

Dès le lendemain, 21 octobre 2021, la Ville a saisi officiellement les services du Procureur de la République et la Brigade des mineurs. La famille plaignante a également été immédiatement reçue en Mairie afin de faire le point sur la situation.

Comme vous le constatez, la ville de Chatou a ainsi réagi dans les plus brefs délais en respectant strictement le protocole officiel qui s'impose dans ce type de cas et a mis en place toutes les actions qui lui incombent.

Dès lors, l’enquête de la Brigade des mineurs a débuté et s’est déroulée sur plusieurs mois, permettant d’entendre tour à tour les familles, les enfants, les équipes périscolaires et l’animateur concerné. A partir de ce moment, la Ville était dessaisie de tout rôle d’enquête. Les services de police ont alors expressément demandé à la ville de ne pas communiquer sur l’enquête en cours afin de ne pas entraver son bon déroulement. Et c'est la raison pour laquelle aucune communication d’ampleur vis-à-vis des familles n’a été réalisée.

Néanmoins, la Ville n’est pas restée inactive durant ce laps de temps face à la demande légitime des parents d’être informés de la situation.

Ainsi, les parents qui le souhaitaient ont été reçus en mairie le 19 novembre 2021 durant 2 heures et demie par le Maire, l’Adjointe au Maire en charge de l'Éducation et les services municipaux. Cette réunion a permis d’entendre les familles, de leur indiquer les informations dont la ville avait connaissance et de faire le lien entre elles et les services de police.

Toujours dans l’objectif de maintenir ce lien avec les familles concernées, la Ville et le Directeur académique des services de l’Education nationale ont organisé un temps d’information, d’échange et d'écoute le 1er décembre 2021. La Ville avait invité une ancienne commissaire de police, spécialisée dans ce domaine, afin qu’elle explique aux parents le déroulement précis d’une enquête de ce type (accueil et recueil de la parole de l’enfant).

Depuis, les équipes périscolaires, aux côtés des équipes enseignantes, sont restées en permanence à l’écoute des besoins des enfants et des familles concernées. Un soutien psychologique et un accompagnement par des partenaires de la Ville leur ont été proposés. De nombreux échanges téléphoniques et présentiels ont également eu lieu. Le Maire est, en outre, resté en étroit contact avec les services de police qui, s’ils n’en ont pas dévoilé le contenu, l’ont tenu informé du timing de l’enquête.

Si les inquiétudes des parents sont légitimes et compréhensibles en attendant les résultats de ladite enquête, la municipalité ne peut laisser s'instaurer un climat de défiance à l'égard de ses agents ni laisser qui que ce soit sous-entendre qu’elle n’a pas réagi ou, pire, qu’elle aurait étouffé les faits. Aujourd'hui ces derniers ne sont ni matériellement, ni juridiquement avérés. Il importe dès lors de conserver une juste distance. L’animateur n’a effectivement fait à ce jour l’objet ni d’une mise en examen, ni de quelconques mesures restrictives de liberté. Il convient donc d’attendre sereinement la décision officielle de Madame la Procureure de la République sur ce dossier. La Ville ne peut donc qu’inciter chacun à la plus grande prudence dans les propos qu’il tient afin de respecter la présomption d'innocence.

Depuis le début, la ville de Chatou est restée sur le difficile chemin de crête entre le strict respect de la réglementation, la discrétion indispensable à la bonne marche d’une enquête efficace et à la préservation d’un climat scolaire serein pour les enfants et l’ensemble de la Communauté éducative.

Enfin, la Ville tient à assurer aux familles que le bien-être de leurs enfants et la qualité de leur accueil dans les différentes structures municipales restent sa priorité absolue en toutes circonstances.