Les tribunes libres

Novembre 2017

Groupe "Continuons ensemble"

(Groupe majorité)

Rythmes scolaires : une nouvelle fois les communes appelées à se prononcer !

Fin juin, quelques jours avant le début des vacances d’été, l’obligation de la semaine scolaire de quatre jours et demi a été levée par un décret gouvernemental, ouvrant la voie au retour à la semaine de quatre jours. 
Les communes sont donc une nouvelle fois appelées à se prononcer sur les rythmes scolaires. Les rythmes scolaires sont un sujet qui soulève souvent bien des interrogations. On ne peut s’engager sur des éléments de réponse qu’en prenant conscience que l’ambiance familiale et l’ambiance scolaire sont extrêmement différentes et qu’elles doivent s’adapter l’une à l’autre, quel que soit l’âge de l’enfant. C’est la raison pour laquelle au vu des nombreux paramètres liés aux rythmes de l’enfant, à l’impact sur leur apprentissage, sur l’organisation des parents et sur les missions des agents de la ville nous ont incités à Chatou, à éviter la précipitation en maintenant le système actuel à quatre jours et demi pour la rentrée 2017.
Pour la prochaine rentrée, afin de recueillir tous les avis avant de soumettre une proposition au directeur académique de l’Éducation nationale, dernier décisionnaire en la matière et comme nous nous y étions engagés face à la communauté éducative en juin dernier, une consultation va être lancée auprès des familles. Un questionnaire individualisé via la plateforme numérique de l’Espace Citoyens permettra aux parents de donner leur avis. 
Les conseils d’école, habilités à évaluer l’impact des rythmes scolaires sur l’apprentissage des élèves, seront également consultés.
À l’issue de cette consultation et quel que soit le choix opéré (maintien des Temps d’Activités Périscolaires ou retour à la semaine de quatre jours), les activités périscolaires seront maintenues avec le niveau de qualité toujours défendu, notamment dans le cadre du projet éducatif de territoire. 
En effet notre objectif sera toujours de favoriser la réussite et l’apprentissage de l’enfant dans un juste équilibre entre les moyens disponibles, les besoins des enseignants et des parents, chacun à leur niveau devant guider les nouveaux apprentissages des enfants dans un environnement qui conditionne en partie leur vie sociale future.

Groupe "Chatou c'est vous"

Emmanuel Loevenbruck, Clémentine Masson, 
Vincent Grzeczkowicz 
www.chatoucvous.fr

Circulation : Réflexions sur le Quartier Ouest 

A l’occasion des aménagements envisagés sur le quartier Ouest : projet du pôle République, déménagement des services municipaux dans l’espace Lumière, restructuration des réseaux de bus, la ville a lancé une étude sur le stationnement et la circulation au sein de ce quartier en avril 2017. 
Le résultat de cette étude a été présenté aux représentants du quartier et aux conseillers municipaux réunis en commission fin Juin.
Les modifications envisagées portent sur la mise en place de nouveaux sens uniques et sur un abandon du stationnement alterné chaque fois que dans une rue un côté offre une plus grande capacité de stationnement. 
Nous avons été invités par Patrice LECHEVALLIER, maire adjoint en charge de ce dossier, a présenté des remarques et/ou évolutions par rapport aux propositions élaborées par le cabinet en charge de l’étude. Nous avons donc mené une réflexion avec des catoviens du quartier Ouest et remis nos conclusions fin septembre.
Nous avons globalement confirmé les options envisagées par l’étude avec des propositions complémentaires autour : 
- de la rue Painlevé, du boulevard du Général Leclerc
- du secteur rue des Landes, rue Edouard Branly, rue du Lieutenant Ricard
- du secteur de la rue Jean Moulin
Vous pouvez retrouver le détail de nos propositions sur notre site www.chatoucvous.fr Nous saluons la volonté de la ville d’impliquer les catoviens du quartier Ouest dans ces réflexions et espérons que les propositions identifiées seront retenues. Ce travail de réflexion sur la circulation et le stationnement dans notre ville mériterait d’être étendu à tous les quartiers de la ville et à l’ensemble des réseaux : piéton, vélo, voiture. Il conviendrait aussi de prendre en compte dès aujourd’hui les impacts de la densification urbaine au-delà des trois années à venir. Un travail de fond en perspective à engager sans quoi les solutions court terme continueront d’être des pis-aller.

Groupe "Cap Chatou"

Pierre Grison, Katya Lainé, José Tomas 
contact@cap-chatou.fr

Transports et circulation : il est plus que temps de se mettre au travail 

Chacun le sait, le transport et la circulation sont au premier plan des préoccupations des catoviens, les remarques faites sur le dernier projet de modification du PLU, ou sur tout nouveau projet de construction le montrent bien. Et pourtant, avez-vous entendu la municipalité s’exprimer sur ce sujet ? Certes une mini-étude vient d’être menée sur le quartier au nord-ouest du boulevard de la République, mais pour un bien maigre résultat : le stationnement sera autorisé du côté où il y a le moins de bateaux et un sens unique fait son apparition. Mais rien sur l’évolution des temps de transit qu’induiront les changements proposés. 
On nous objectera que ce domaine fait maintenant partie des compétences de la CASGBS et donc qu’il est normal que Chatou soit muette sur ce sujet. Ce n’est pas notre conception de la répartition des tâches :
1. Rappelons que le maire et ses principaux adjoints font partie du conseil de la CASGBS et donc décident de la politique de cet organisme.
2. La CASGBS n’a pas été créée pour retirer du pouvoir à Chatou, mais pour donner une réponse plus efficace aux attentes des citoyens, en coordination avec les autres communes.
3. L a CASGBS ne peut agir que si Chatou exprime clairement sa volonté en répondant aux questions suivantes : 
a. Q uelle place pour la voiture (stationnement et mobilité), les transports en commun, le vélo, la marche à pied,… dans le Chatou de la prochaine décennie ?
b. Que dit le futur projet de ville à ce sujet ? (futurs pôles d’attractivité, infrastructures pour limiter les déplacements,…) 
c. Q uelles contraintes environnementales souhaite-t-on prendre en compte ? 
d. Souhaite-on donner un poids important au raccordement avec le futur réseau du Grand Paris ?
De son côté la CASGBS a engagé une étude sur le transport, mais en se contentant de demander une optimisation du réseau de bus existant. Il ne s’agit donc que d’une vision très partielle et à court terme. Il est donc plus que temps d’amorcer cette réflexion pour amorcer une véritable politique de déplacements répondant aux aspirations des catoviens.

Groupe "Objectif Chatou"

Pierre Arrivetz - Lee Neumann 
piarri@orange.fr - 06 33 33 25 76

Nous vantons depuis 2009 les mérites d’un emplacement de stationnement pour les vélos à la gare sur le terrain de la RATP. Celui-ci est voué à la construction d’un immeuble de 16 mètres selon le PLU voté en 2006.
La municipalité, qui ne s’était pas ruée sur ce projet depuis le changement de mandature en 2008, nous a annoncé lors du dernier conseil municipal avoir pris contact en vue d’un bail pour le stationnement des vélos.
La construction d’un immeuble HLM, prônée par une autre partie de l’opposition, a donc du plomb dans l’aile. Il sera en effet difficile d’entreposer une centaine de vélos et de construire dessus. Au grand soulagement du quartier et à la satisfaction de tous les Catoviens qui y verront un progrès important dans leur vie quotidienne.
Parmi les autres dossiers qui avancent lentement mais sûrement, la video protection que nous prônions depuis le mandat précédent contre des avis unanimes, est aujourd’hui en cours de finalisation après traitement en concertation avec la police nationale, elle-même demandeuse. Un parcours laborieux justifié par le coût de l’opération.
S’agissant du stationnement dans le quartier des Landes / République, des parkings en surface viennent d’être votés en conseil municipal. Nous avons bien entendu approuvé cette initiative. Rappelons que nous demandons depuis quelques années la création d’un parking public souterrain boulevard de la République. Là se situe une densité tant d’habitations présentes et à venir que d’équipements publics nécessitant une intervention.
À l’instar de notre campagne électorale, nous restons dans une démarche de propositions. Nous sommes heureux de voir nos adversaires d’hier s’y rallier pour partie. Nos convictions sont convaincantes.